NCPEDP, géant du lobby pour le droit des personnes en situation de handicap en Inde !

" Nous espérons réussir à créer ce type d’environnement dans lequel les personnes en situation de handicap pourront chercher à jouer un rôle de leader."

En mai dernier, la Team Premier Pas rencontrait M.Arman Ali, le directeur exécutif du National Centre for Promotion of Employment for Disabled People (NCPEDP), à New Delhi. Une occasion unique pour compléter notre compréhension du cadre légal et professionnel du monde du handicap en Inde, par le prisme des objectifs et activités de l’association !

Le NCPEDP, kesako ?

Selon les mots de son Directeur Général, « le NCPEDP est le seul organisme indien multi-handicaps qui se concentre sur les changements politiques et la défense des droits des personnes en situation de handicap à partir de travaux de recherche. On s’est concentré sur l’emploi, l’éducation, l’accessibilité, la jeunesse, la législation, la mise en place de nouvelles politiques et la sensibilisation. Nous dirigeons le seul réseau national indien sur le handicap, le NDN (National Disability Network) et nous avons également notre propre think-tank (groupe de réflexion), le NCRPD (National Committee on the Rights of Persons with Disabilities). »

Ainsi, le NCPEDP travaille en partenariat avec les experts sur tout le territoire pour l’indépendance, l’intégration et les droits civils de toutes les personnes en situation de handicap, en jouant le rôle d’interface entre le gouvernement, les entreprises, les organisations internationales et les associations terrains. Leur stratégie d’advocacy comprend des aspects législatifs (travailler main dans la main avec les élus pour créer ou renforcer les lois qui améliorent la vie des personnes en situation de handicap), légaux (utiliser les recours légaux dès que les droits des personnes en situation de handicap n’ont pas été respectés), médiatiques (sensibiliser le public via tous les canaux disponibles) et administratifs (entrainer les leaders du Mouvement pour les Droits des Personnes en Situation de Handicap pour qu’ils puissent accéder à des positions professionnelles importantes et servir de modèle).

Une stratégie à 6 piliers

Arman Ali nous explique pourquoi et comment le NCPEDP fait plus que promouvoir l’emploi des personnes en situation de handicap, qui était l’objectif initial à la création de l’association en 1996.

« On s’est rendu compte qu’il n’y avait pas assez d’opportunités, mais également pas assez de personnes formées pour occuper des postes dans le secteur privé, attestant d’un gros manque d’accessibilité des formations. C’est comme cela que nous avons imaginé les six piliers d’une société inclusive. » Ces six piliers sur lequel se repose le NCPEDP dans sa stratégie sont considérés comme interdépendants, l’un ne pouvant fonctionner correctement sans l’autre : l’Emploi n’est pas envisageable sans une Education préalable, les deux n’étant possibles que sous réserve d’Accessibilité. Ces trois domaines ont besoin d’être portés par une Législation et des Politiques appropriées. Bien-sûr, il est impératif de faire naître une Prise de Conscience (par de la sensibilisation) pour que les pratiques changent, et notamment au sein de la Jeunesse qui tiendra les rennes dans le futur et qui doit donc devenir la force motrice de ce mouvement.

Un nouveau regard sur le handicap

Ainsi, à l’instar de son slogan « Nothing about us without us », le NCPEDP agit au quotidien pour que la perception des personnes en situation de handicap ne soit plus basée sur la charité et le besoin d’aides sociales mais plutôt sur l’empowerment et la productivité. En 2003 par exemple, ils ont fait inscrire dans la loi l’obligation de l’organisation d’élections accessibles grâce à la nomination d’un consultant en situation de handicap par la commission organisant les élections.

« Les choses ont changé en Inde, les personnes en situation de handicap sont compétitives, elles peuvent participer à la société, parler pour elles-mêmes, elles ont leurs propres voix. Mais il y a encore tellement de choses qui doivent être faites, et il y a encore beaucoup de barrières qui persistent. »

Le contexte légal

Le NCPEDP n’en est bien-sûr pas resté là. En 2016, ils jouent un rôle très important dans la création de la loi The Rights of Persons with Disabilities. Arman Ali nous explique ce qu’elle a changé : « Cette nouvelle loi est vraiment valorisante, empowering : elle reconnait le potentiel des personnes en situation de handicap dans plein de nouveaux domaines. Déjà, la définition du handicap est enfin alignée sur celle de l’ONU (définie en 2006 dans la CRPD, Convention on the Rights of Persons with Disabilities, ndlr) et les catégories de handicap sont passées de 7 à 21. Pour la première fois, elle protège les personnes en situation de handicap des discriminations : c’est une infraction punissable d’insulter une personne en situation de handicap ou de refuser quoique ce soit qui est dans ses droits sur la base de son handicap. Dans les domaines de l’emploi et de l’éducation, les pourcentages de places réservées ont augmenté et, pour la première fois également, il y a une obligation légale dans le secteur privé de rendre compte de ce que les entreprises font. Enfin, les obligations d’accessibilité, notamment dans les espaces publics, ont été renforcées. C’est donc quelque chose d’assez énorme ! Cela étant, ce qu’il nous manque encore, c’est la mise en œuvre, l’application concrète de cette loi. Beaucoup de personnes ne sont pas encore au courant de ces changements, il faut donc sensibiliser les personnes en situation de handicap, pour qu’elles soient en mesure d’utiliser la loi, de vérifier et de s’assurer que cette loi est respectée, et le cas échéant la faire respecter par la justice. Il faut les impliquer. Un certain échéancier a été fixé dans la loi pour le gouvernement (par exemple dans les 5 ans, tous les bâtiments existants doivent avoir été rendus accessibles aux personnes en situation de handicap). Mais je ne vois pas bouger les choses tant que ça : au moment où je vous parle, seuls 12 états (sur 30 états indiens, ndlr) ont établi des règles pour appliquer cette loi. Il reste encore beaucoup à faire, et dans les 5 ou 10 prochaines années, nous devrons mettre l’accent sur cette loi et sa mise en œuvre concrète. »

La situation dans le monde professionnel

Cette loi renforce donc également les obligations légales en termes d’emploi pour les personnes en situation de handicap. En effet, chaque entreprise de plus de 20 salariés doit posséder une politique d’égalité des chances et d’aménagement de postes (equal opportunity and reasonnable accommodation policy). Pour le DG du NCPEDP, il faut que « les entreprises comprennent ce que cela change à leurs pratiques habituelles qui discriminent les personnes en situation de handicap. L’égalité des chances doit devenir un critère de conformité pour les entreprises, vérifié par le gouvernement, lors de leur enregistrement par exemple […]. Si les entreprises sont véritablement accessibles, si elles considèrent les personnes en situation de handicap comme un réservoir de talents, alors elles ne les emploieront pas parce qu’elles sont handicapées pour remplir leurs obligations RSE, mais parce que c’est un investissement rentable économiquement. Là, il y aura un véritable changement : le cadre légal est nécessaire, mais il doit s’accompagner d’une sensibilisation. »

Si Arman Ali n’a su nous donner de chiffre récent sur la situation actuelle de l’emploi des personnes en situation de handicap en Inde, en raison de l’immense complexité de telles données, le NCPEDP prévoit de mener une mise à jour des données cette année : les derniers chiffres remontent à la création de l’association, en 1996 !

Dans tous les cas, une grosse problématique se pose : les conditions favorables à l’emploi (secteurs compatibles, accessibilité, respect de la loi…) sont condensées dans les plus grandes métropoles, alors qu’une grande partie de la population concernée se situe en zone rurale… Une erreur et un point d’amélioration primordial selon Arman Ali : « Il est nécessaire que l’emploi des personnes en situation de handicap soit envisagé sous un angle plus large, et pas seulement un seul type d’emploi dans les entreprises d’IT par exemple. De nombreux autres secteurs doivent se manifester et progresser sur la question, on peut penser à l’hôtellerie, l’hébergement et la restauration par exemple, qui se développe dans les zones rurales également. »

Le mot de la fin

Finalement, Arman Ali tient à affirmer que pour que la société et le monde professionnel deviennent véritablement inclusifs, tout le monde doit être sensibilisé : 

« Les personnes en situation de handicap doivent également changer leur attitude, et cela ne sera possible que dans un certain contexte. Nous espérons réussir à créer ce type d’environnement dans lequel les personnes en situation de handicap pourront chercher à jouer un rôle de leaders, et non plus de bénéficiaires. Ils doivent pouvoir reprendre le contrôle de leur vie et ne pas rester en retrait, en attendant que les choses viennent à eux ! »

Nothing about us without us

​​

"Un voyage de mille lieues commence toujours par un Premier Pas"

Lao Tseu

  • Blanc Twitter Icon
  • Facebook Clean
  • Blanc LinkedIn Icône
  • Blanc Icône Instagram